comment utiliser les huiles essentielles facilement, toutes les techniques et pourquoi utiliser des huiles essentielles

C’est quoi les huiles essentielles ?

Recevez votre fiche conseils en cadeau

Pour apprendre les bases sur l’utilisation des huiles essentielles

privacy Vos données sont en sécurité. Vous ne recevrez pas d'emails intempestifs, seulement la newsletter.

Dans cet article, je vais tout vous expliquer sur les huiles essentielles, à quoi ça sert, comment décrypter leurs étiquettes, comment s'en servir (toutes les méthodes d'utilisation), comment les conserver correctement, etc.

Les huiles essentielles, qu'est-ce que c'est ?

Les huiles essentielles sont constituées de molécules volatiles qui sont en grande partie des terpènes (famille des hydrocarbures). Ces composés organiques sont extraits des végétaux.

On peut trouver les huiles essentielles dans la peau des fruits. Si vous épluchez une mandarine vous remarquerez que la peau diffuse une odeur fruitée de mandarine, et bien c’est l’huile essentielle !

On peut aussi trouver les huiles essentielles dans les feuilles, les fleurs, le bois, les racines et les graines des plantes.

Et l’aromathérapie ?

L’aromathérapie consiste à exploiter les propriétés naturelles des huiles essentielles à des fins thérapeutiques. En naturopathie on utilise les huiles essentielles pour se soigner naturellement.

Quelles sont les propriétés des huiles essentielles ?

  • Antiseptiques, antibactériennes, et antifongiques
  • Antivirales
  • Cicatrisantes
  • Circulatoires
  • Digestives
  • Antiparasitaires
  • Antispasmodiques
  • Désodorisantes et purifiantes dans l’air

Comment passer de la plante à l'huile essentielle ?

Il y existe plusieurs procédés d’extraction des huiles essentielles :

1. L’hydro-distillation, procédé d’extraction le plus répandu

Elle se fait par entrainement à la vapeur d’eau. Pour vous détailler un peu le processus, dans un premier on chauffe de l’eau afin produire de la vapeur d’eau, celle-ci va ensuite traverser un compartiment de matière végétales brutes. En s’élevant la vapeur d’eau emporte avec elle les molécules volatiles de la matière végétales. Cette vapeur d’eau chargée d’huiles essentielles traverse ensuite un serpentin qui permet de refroidir l’ensemble. Après condensation, le liquide obtenu est recueilli dans un vase de décantation (un essencier) ou l’huile essentielle et la phase aqueuse vont se dissocier. On parle de décantation, la phase huileuse (huile essentielle) est de densité plus faible que la phase aqueuse. On récupère dans un premier temps la phase aqueuse qui en fait l’eau florale (hydrolat) puis l’huile essentielle.

L’eau florale contient les composants solubles dans l’eau, elle est aussi beaucoup moins concentrée en principes actifs odorants que l’huile essentielle.

2. L’expression

L’expression est réservée aux zestes d’agrumes (mandarine, orange douce, bergamote, citron,pamplemousse…), de plus ce procédé d’extraction se fait à froid afin de préserver les principes actifs.

Comment ça marche ? Les zestes des fruits sont dilacérés et les poches sécrétrices rompues, leur contenu est récupéré sous un courant d’eau après élimination des déchets solides. La dernière étape consiste à récupérer l’huile essentielle de la phase aqueuse par centrifugation.

On parlera plutôt d’essence car l’huile essentielle provient de l’écorce du fruit. Si vous entendez parler « d’essence de citron », c’est tout simplement l’huile essentielle de citron.

3. L’extraction par CO2 supercritique

L’extraction par CO2 supercritique est une méthode récente d’extraction encore peu développée car elle coute chère, ce sont d’ailleurs les industries cosmétiques qui sont souvent équipés de ce type d’appareillage.

On utilise le dioxyde de carbone dans des conditions physiques particulières (Température = 34°C, Pression = 150 bars) pour extraire les huiles essentielles de la matière brute végétale.

Le dioxyde de carbone dans ces conditions est un fluide supercritique (un état intermédiaire entre l’état liquide et gazeux), il devient alors un solvant capable de dissoudre les huiles essentielles.

Plus concrètement, on place la matière première dans un extracteur, celui-ci est ensuite traversé par le flux de CO2 supercritique qui se charge de composés aromatiques. Ce fluide supercritique est détendu (baisse de la pression) et repasse en phase gazeuse, l’huile essentielle est alors recueillie dans un séparateur.

Ce procédé d’extraction a un très bon rendement par rapport à l’enfleurage vu précédemment.

Il respecte les principes actifs de l’huile essentielle, car il n’y a pas de chauffage excessif durant le processus d’extraction.

4. L'enfleurage

L’enfleurage est une technique traditionnelle souvent utilisée en parfumerie. Cette méthode est adaptée aux matière végétales fragiles comme les fleurs, leurs parfums ne résistent pas chauffage d’une distillation classique. L’enfleurage consiste à faire macérer des plantes dans un corps gras (graisse, beurre, huile), c’est ce que l’on fait par exemple avec les pétales de rose ou de jasmin. Ce corps gras est alors dissout dans un alcool à 35° qui est ensuite distillé sous vide (à basse température) pour obtenir l’absolu. Ce procédé a un rendement plus faible que l’hydro-distillation, il est par conséquent plus couteux. Il est aussi plus long et plus contraignant.

Quel intérêt d’utiliser des huiles essentielles ?

Nous avons tous été habitués à aller chez le médecin quand nous sommes malades.

Il nous prescrit souvent des médicaments pour nous sentir mieux. Mais il est important de comprendre que les médicaments ne résolvent pas les problèmes à la racine, ils permettent seulement de cacher les symptômes.

Alors quand vous prenez un médicament pour votre mal de dos, vous n'êtes pas soigné même si vous n’avez plus mal ! Vous avez juste masqué votre douleur vous voyez ?

L’autre problème qui se pose avec les médicaments classiques, c’est leurs effets secondaires. Certains médicaments possèdent une liste d’effets indésirables extrêmement longue, et ne sont pas sans conséquence pour votre santé !

Les huiles essentielles sont-elles sans danger ?

Si vous n'êtes pas familier avec les huiles essentielles, alors vous vous demanderez peut-être si l’utilisation de ce type de produit est sûre et sans danger.

Il y a beaucoup d’avantages à utiliser les huiles essentielles puisqu’elles peuvent soutenir votre santé sans les nombreux effets indésirables que l'on peut rencontrer en médecine conventionnelle avec l’usage de médicaments.

Les huiles essentielles étant des extraits de plantes, elles sont tout à fait naturelles. Si vous utilisez une huile essentielle de haute qualité (biologique), alors vous n’aurez probablement pas d’effets secondaires.

Remarques : Attention tout ce qui est naturel n’est pas forcément sans dangers.

Sachez que les huiles essentielles sont très concentrées et très puissantes même à petite dose. Pour vous donner une petite idée de la concentration, il faut environ 7,5 kg  d'eucalyptus pour faire 1 goutte d'huile essentielle !

Elles peuvent être toxiques au-dessus d'un certain seuil,  tout est une question de dose comme toujours ! Il faut dans un premier temps établir un diagnostic précis avant de les utiliser.

N’utilisez pas une huile essentielle que vous ne connaissez pas, abstenez-vous dans le doute. Autre chose, certaines huiles essentielles sont si puissantes qu’elles peuvent irriter la peau.

Je vous conseille toujours de les diluer dans des huiles végétales, les peaux sensibles tolère mieux ce type d’utilisation.

Comment utiliser les huiles essentielles ?

 Il y a 5 modes d’administration des huiles essentielles :

1. Par la peau

  1. En massage quand l’huile essentielle est diluée dans une huile végétale.

  2. En compresse humide, l’huile essentielle est déposée sur une compresse préalablement humidifiée avec de l’eau.

  3. En friction, l’huile essentielle est diluée dans une huile végétale ou une base alcoolique.

  4. En bain de bouche, on peut diluer une 1 ou 2 gouttes d’huile essentielles dans un verre d’eau chaude. Mais attention n’avalez pas !

  5. Dans le shampoing : en mélangeant une dizaine de gouttes dans 100 mL d’un shampoing neutre.

2. Par voie interne

  • Par dilution sur support neutre : 1 ou 2 gouttes d’huile essentielle dans une cuillère de miel, une cuillère d'huile d'olive, de purée d'amande ou un comprimé neutre.

  • Par voie orale : demandez à un pharmacien de préparer de gélules gastro-résistantes.

3. Par la voie respiratoire

  • Par inhalation humide, en mettant 1 à 6 gouttes d’huile essentielle dans un bol d’eau chaude. On respire les vapeurs d’eau chaude qui se dégagent en rapprochant sa tête du bol.

  • Par inhalation sèche, sur un mouchoir en mettant 2 ou 3 gouttes pures. En respirant quelques instants l’huile essentielle à même le flacon.

  • En appliquant sur ses poignets 2-3 gouttes d’huiles essentielles diluées dans un peu d’huile végétale. On respire ensuite l’huile essentielle sur ses poignets.

  • Dans le bain ou la douche, diluez au préalable quelques gouttes d’huiles essentielles dans une base moussante ou dans une cuillère à soupe de gel d'aloe vera ou même une cuillère de miel.

  • En utilisant un diffuseur d’huiles essentielles, 3 huiles essentielles au maximum et en quantité égales dans les proportions. Ne pas diffuser trop longtemps, il vaut mieux faire des séquences courtes mais plus fréquentes. Attention, certaines huiles essentielles ne peuvent pas être utilisée en diffusion atmosphérique car elles peuvent être irritante pour les voies respiratoires (menthe poivrée, thyms...). Certaines peuvent être toxique (celles qui contiennent une quantité plus importantes d'aldéhydes et de cétones par exemple).

4. La voie rectale 

Préparation de suppositoires par un pharmacien.

5. La voie vaginale

Préparation d’ovules par un pharmacien

Comment décrypter les étiquettes des huiles essentielles ?

Sur un flacon d'huile essentielle, on retrouve plusieurs informations importantes, parfois difficiles à comprendre quand on ne s'y connait pas vraiment. Pour vous aider à y voir plus clair, voici toutes toutes les indications que vous retrouverez sur un flacon :

Le nom de l’huile essentielle en français : huile essentielle de lavande vraie, huile essentielle de citron, etc.

L'espèce botanique : elle doit être inscrite en latin, exemples : eucalyptus dives pour l'eucalyptus mentholé, cananga odorata pour l'ylang-ylang, rosmarinus officinalis pour le romarin.

Le chémotype : on entend souvent parlé de chémotype quand il s'agit d'huiles essentielles, mais qu'est ce que ça signifie concrètement ?

Une huile essentielle est définie par son chémotype (représenté par le symbole ct), c’est-à-dire son profil chimique et botanique.

Il faut savoir qu’un même végétal, une même espèce botanique peut sécréter des huiles essentielles possédant une composition chimique sensiblement différente, plus exactement un chémotype différent. Plusieurs facteurs rentrent en ligne de compte : les conditions de culture comme la nature et la composition du sol, l’orientation des plantes par rapport au soleil, l’altitude, les conditions météorologiques : températures, et pluviométrie.

Exemple : le chémotype cavracol (thym) apparaît lorsque le thym pousse dans des zones géographiques ou le climat est très sec et chaud, tandis que les chémotypes thuyanol et alpha-terpinéol existent dans des zones humides. Quant au chémotype à géraniol, il se rencontre plutôt dans les zones montagneuses.

A part l’exemple des différents chémotypes du thym, il en est de même pour le romarin.

Il a en effet trois chémotypes différents, idem pour le camphrier (cinnamomum camphora) qui produit des huiles essentielles complétement différentes selon la zone où il est cultivé. Cultivé à Madagascar, il s’agit de ravintsara à 1.8 cinéole alors que s’il est cultivé à Taiwan on parlera de bois de Hô à linalol.

Une huile essentielle d’eucalyptus radié ayant un profil chimique spécifique à son chémotype aura des vertus efficaces pour soigner les maladies ORL (sinusite, bronchite…) alors que l’eucalyptus citriodora possèdent des propriétés anti-inflammatoires et anti-rhumatismes.

Bref, vous l’aurez compris, selon le chémotype de la plante, on ne soigne pas la même chose et nous n’avons pas les mêmes propriétés.

Ca m'est déjà arrivé de me tromper justement, je voulais avoir l'huile essentielle d'eucalyptus radié, et finalement je me suis retrouvée avec l'huile essentielle d'eucalytpus mentholé...

Alors quand vous irez acheter une huile essentielle, regardez bien le chémotype. 🙂 

L'origine géographique : Maroc, Inde, Afrique du Sud, Madagascar, etc.

La partie de la plante utilisée pour la distillation : fleurs, sommités fleuries, graines, écorces, feuilles, bulbes...

Comme vu précédemment, les propriétés de l'huile essentielle ne sont pas les mêmes selon la partie de la plante distillée, par exemple l'huile essentielle de l'écorce de cannelle et l'huile essentielle de feuilles de cannelle n'ont pas exactement les mêmes vertus thérapeutiques. C'est encore une question de chémotypes.

Le volume du flacon : les huiles essentielles sont vendues sous forme de petits flacons en verre opaques à différents volumes ; 5 ml, 10 ml, 15 ml. Il est préférable de choisir de petits flacons, car les huiles essentielles peuvent s’oxyder au fil du temps.

Le numéro de lot : ll permet la traçabilité de l'huile essentielle (exemple : PHE0274-540). Ce numéro de lot permet de savoir d’où proviennent les plantes utilisées pour la distillation de l'huile essentielle.

Le label biologique : en France le label biologique est le label AB agriculture biologique. Il est un gage de qualité, respect de la culture des plantes sans engrais sans pesticide ni métaux lourds...

Date de péremption : exemple : 11/2017

Autre précision : des fois il est inscrit sur le flacon "Peut être utilisé en cuisine" ou "Usage alimentaire possible". Comme l'indique ces mentions, on peut utiliser ces huiles essentielles en petite quantité pour cuisiner, assaisonner des desserts ou des plats.

Pourquoi certaines huiles essentielles coûtent plus cher que d'autres ?

On peut se demander pourquoi certaines huiles essentielles sont plus couteuses que d'autres (huile essentielle de roses, d'hélychrise italienne, de néroli...) Plusieurs facteurs rentrent en ligne de compte.

Le rendement : Le prix de l'huile essentielle est souvent conditionné par le rendement. La quantité d'huile essentielle obtenue par rapport à la quantité de matière brute végétale initiale permet d'évaluer le coût final de l'huile essentielle.
L'huile essentielle est un produit précieux, il faut souvent beaucoup de matières premières pour obtenir peu de produit. La rareté est souvent synonyme de coût élevé, l’huile essentielle de rose est d’ailleurs connue pour être un produit de luxe, en effet 100 kg de pétales ne donnent que quelques grammes d’huile essentielle. Donc plus c’est rare plus c’est cher !

La météo : selon les années les récoltes sont plus ou moins fructueuse ainsi selon les conditions météorologiques : sécheresse, pluie, gel, etc. Le coût des huiles essentielles est fortement influencé par ces conditions. La notion de rareté ressort encore. Ainsi d’une année sur l’autre le prix d’une huile essentielle peut varier sensiblement.

Un label certificateur : en effet une huile essentielle avec un label biologique AB sera plus onéreuse qu'une huile essentielle sans label. A mon avis, il y a plusieurs raisons. Sans engrais, sans pesticides, les récoltes sont moins abondantes, il faut donc répercuter ce manque à gagner quelque part. 

Autre raison : obtenir un label bio coutent cher ! Il ne suffit pas de produire bio, il faut aussi acheter la certification. Là aussi, cette variable est à inclure dans le prix de l’huile essentielle bio.

Une huile essentielle non-bio sera donc moins chère, mais je trouve que la différence de prix entre bio et non-bio n’est pas toujours très importante. Il est donc préférable de favoriser le bio dans la mesure du possible.

Ou acheter des huiles essentielles ?

Cette question est moins facile qui n’y parait. Acheter des huiles essentielles ne pose aucun problème, par contre en trouver de qualité c’est autre chose.

Evitez donc les boutiques de souvenirs, les magasins comme Gifi, la Foirefouille ou les étals de marché. Evitez les huiles essentielles vendues dans des flacons en plastiques ou qui seraient conditionnées dans des flacons non-opaques.

On trouve des huiles essentielles de qualité dans les pharmacies, parapharmacies, encore faut-il s’assurer qu’elles soient bio. Les marques Aroma-zone, Puressentiel, Sobio Etic proposent des huiles essentielles de bonne qualité.

On peut aussi trouver de bonnes huiles essentielle certifiées bio sur les boutiques en ligne suivantes : Huile & Sens , MyCosmetik, La compagnie des sens.

Il faut quand même s’assurer qu’elles soient : 100% naturelle (non-synthétique), 100% complète. Pensez à vérifier le chémotype, la présence du label bio, etc.

C'est quoi une synergie d'huiles essentielles?

Une synergie d'huiles essentielles correspond au mélange de plusieurs huiles essentielles dans le but de renforcer l'action thérapeutique recherchée. On dit que les huiles essentielles utilisées en synergie forment un nouveau produit aux vertus différentes.

Celles-ci sont alors décuplées et les propriétés deviennent plus efficaces et plus sélectives. Pour vulgariser, c'est comme si 1 + 1 = 3 avec les synergies !

Il est préférable de faire des synergies de maximum 3 huiles essentielles. A part si vous avez une bonne connaissance des synergies d'huiles essentielles.

Et j'ai tendance à dire qu'il vaut mieux utiliser une seule huile essentielle comme il faut plutôt que trois huiles essentielles mal associées et mal employées.

Comment conserver les huiles essentielles ?

Les huiles essentielles se conservent relativement bien au fil des années. Il faut cependant faire attention à les conserver à l'abri de la lumière et de la chaleur. D'ailleurs pour l'anecdote, des huiles essentielles datant de l'époque égyptienne ont pu être retrouvées dans des jarres en terre cuite. C'est pour vous dire à quel point les huiles essentielles se conservent bien !

Pour conserver correctement les essentielles il est nécessaire de les acheter sous forme de flacons en verre teinté. Si vous avez dépassé la date d'expiration de vos huiles essentielles, ne les utilisez pas en traitement interne. Néanmoins vous pouvez les utiliser sans problèmes avec votre diffuseur d'arômes.

Faut-il conserver les huiles essentielles au réfrigérateur ?

De façon générale les huiles essentielles n'ont pas besoin d'être conservées au frigo, elles sont majoritairement composées de substances anti-septiques, antibactériennes et antifongiques. C'est la raison pour laquelle il n'est pas nécessaire de conserver ses huiles essentielles au frais. Cependant il y a une exception : les huiles essentielles d'agrumes (orange, mandarine, citron, pamplemousse, bergamote, yuzu..) se conservent moins longtemps que les autres huiles essentielles, car elles s'oxydent plus facilement, elles sont donc sont moins stables chimiquement.

Elles se conservent pour une durée de 3 ans. Ainsi on peut prolonger leur durée de vie en les gardant au réfrigérateur.

Remarque : concernant les huiles végétales, elles ont tendance à rancir facilement en cas de chaleur, on peut les conserver au frais en été. Pour les eaux florales il est conseillé de les conserver au réfrigérateur, étant donné qu'il s'agit de produits aqueux, ils se conservent peu longtemps. Le développement des bactéries est plus favorable dans les bases aqueuses, d’où la nécessité de les utiliser rapidement.

Que faire en cas d'accidents avec des huiles essentielles ?

  • Si vous avez malencontreusement reçu des gouttes d'huiles essentielles dans votre œil vous devez vous rincer rapidement avec une huile végétale, par exemple avec une huile d'amande douce (huile neutre). En effet cela peut être surprenant mais les huiles essentielles ne sont pas solubles dans l'eau, il est donc inutile de rincer son œil à l'eau...

  • Si vous avez accidentellement avalé trop d'huile essentielle, alors appelez immédiatement le centre antipoison le plus proche de chez vous à savoir le 15 par un téléphone fixe ou le 112 depuis un téléphone portable.

  • Si vous avez versé trop d'huile essentielle sur votre peau alors il vous faudra éliminer le surplus en utilisant un papier absorbant ou un coton et terminer par une application d'huile végétale sur la zone touchée. De cette façon vous éviterez une brûlure ou une allergie cutanée.

    Pour savoir plus sur les précautions d'usage des huiles essentielles, cliquez-ici.

Les informations de ce blog sont à titre informatifs, c’est pourquoi elles ne remplacent pas l’avis d’un spécialiste.

Mes sources :

Ma bible des huiles essentielles de Danièle Festy
Le grand guide des médecines douces de Serge Rafal

Et vous, est-ce que vous utilisez des huiles essentielles ? 🙂 
Répondez à cette question en bas dans les commentaires.

Enregistrer

Enregistrer

About The Author

Emmanuelle

Je m’appelle Emmanuelle, j’ai 24 ans et j’habite Ile-de-France. Je m’intéresse à l’aromathérapie et à la phytothérapie depuis quelques temps et c’est la raison pour laquelle j’ai décidé d’en faire un blog. Je souhaite par ce site partager mes connaissances sur ces thématiques mais aussi pouvoir créer un échanges avec mes lecteurs. Pourquoi les méthodes naturelles ? Etant de formation chimiste, je me suis intéressée de près à la composition de mes produits de beauté, et je me suis aperçue que l’intégralité de mes cosmétiques contenaient beaucoup de produits nocifs pour la santé. Dans un premier temps j’ai décidé de faire un grand tri dans mes produits et de garder seulement ceux que je n’arrivais pas remplacer par du bio. Mais par la force des choses, j’ai dû radicalement changer mes habitudes après voir fait allergies sur allergies à cause de mes produits de maquillage et soins pour la peau. Pendant plusieurs fois, je n’avais pas d’autres alternatives que d’utiliser uniquement des huiles végétales comme soins pour la peau, et bien sur j’avais stopper le fond de teint et la poudre, car ma peau ne supportait plus rien. C’est ce qui m’a en partie décidée à sauter le pas pour de bon avec les produits naturels et bio, je n’utilise plus de produits non bio, et depuis environ un an je fais mes propres cosmétiques pour contrôler les ingrédients que je mets à l’intérieur. Mon intérêt pour les huiles essentielles est venu par après, il faut dire que je n’y connaissais pas grand-chose. La seule huile essentielle que je possédais était une huile essentielle de tea tree et je ne savais qu’une chose de son utilisation, j’avais lu dans un magazine qu’on pouvait l’utiliser sur les boutons. C’est pour vous dire à quel point je n’avais pas une connaissance très étendue des huiles essentielles. En fait j’ai commencé à comprendre comment les utiliser avec un livre que l’on m’avait offert, et même avec ce livre je n’avais pas saisi tous les aspects de l’aromathérapie. J’ai dû lire un bon nombre de livres avant de comprendre vraiment à quoi servait les huiles essentielles et les différents usages. Parallèlement je me suis intéressée à la phytothérapie, car il faut savoir que les médicaments actuels sont à 70 % dérivés de molécules naturelles, et notons tout de même qu’au jour d’aujourd’hui peu de personnes sur cette terre ont accès aux médicaments, la phytothérapie est la première médecine des hommes. La pharmacopée chinoise, indienne n’ont plus a démonter leur efficacité. Outre la phytothérapie, j’ai découvert une autre méthode plus prisée des Anglo saxons. Les fleurs de bach, je pense que cette méthode inspirée du principe de l’homéopathie peut trouver sa place à côté de l’aromathérapie. Cette technique naturelle permet de rétablir différents états émotionnels. J’en parlerai sur le blog au même titre que les huiles essentielles et les plantes médicinales. Il vrai que je parle beaucoup des méthodes naturelles mais je ne perds pas de vue le terrain… C’est bien pour cela que je précise dans mes articles que telle ou telle méthode ne peut pas corriger des mauvaises habitudes comme la malbouffe, ou l’inactivité. Il faut bien comprendre que ces alternatives naturelles sont à inclure dans les cadre d’un mode de vie sain. Je vous souhaite une bonne navigation sur le blog !

Leave A Response

* Denotes Required Field